• Vincent Pessama

Atelier d'écriture à l'UTLib 2/8

Lundi 08 novembre j'animais le deuxième atelier d'écriture créative organisé par l'Université du Temps Libre de Libourne. Cette année, vous êtes 11 participant.e.s à cheminer ensemble durant un cycle de 8 ateliers.


Durant cet atelier, nous avons réalisé trois exercices littéraires qui avaient pour objectif de stimuler la créativité.


Exercice 1 : la traduction (temps d'écriture : 15 min)


La règle du jeu


Le travail consiste à traduire en français un texte écrit dans une langue que vous ne maîtrisez pas. Nous avons utilisé Ame ni mo makezu de Kenji Miyazawa.


Deux approches sont possibles :


  • Se laisser porter par la musicalité du texte et observer ce qu'il fait remonter en vous (attention au petit diablotin qui a tendance à parasiter la créativité). C'est une sorte d'écriture automatique, le texte à la langue inconnue n'étant qu'une passerelle entre votre stylo et votre imaginaire.

  • Choisir un mot qui revient souvent dans le texte et lui inventer une traduction (il ressemble à un mot français, il évoque quelque chose... vous êtes libre). Dans notre exercice du jour par exemple le mot makezu vous a inspiré (traduit par arbre, parapluie, mon amour... ) ainsi que le ame (qui fait penser à Âme). Une fois votre mot remplacé, écrivez un texte en essayant de respecter la longueur des phrases et le nombre de lignes de l'original.


Et après ?


Cet exercice peut être reconduit avec des textes que vous trouverez dans des revues ou sur Internet. On peut facilement le pratiquer avec des enfants. Ce jeu peut simplement servir d'échauffement avant une session d'écriture (histoire de réveiller l'imaginaire). Il peut aussi vous offrir de belles surprises. Peut-être qu'une thématique ou une phrase viendra s'en détacher. Peut-être que vous pourrez aussi reprendre votre texte et le retravailler en oubliant toutes contraintes.


Je vous conseille de mettre au propre votre traduction, de la relire dans quelques jours avec un regard neuf. Souvent, il y a matière pour écrire un texte à partir de cette base.


Exercice 2 : texte à trous (temps d'écriture : 20 min)


La règle du jeu


Le travail consiste à écrire un texte en remplissant les espaces vides.

Vous trouverez le texte original dans Journal d'un tueur sentimental de Luis Sepulveda.


Et après ?


Cet exercice réserve souvent de belles surprises (des récits humoristiques ou à intrigues). Il y a de forte chance qu'une nouvelle naisse ici. Après avoir mis au propre votre récit, il vous suffira de développer les éléments qui permettent d'étayer votre histoire. Dans notre cas par exemple, quel est ce mystérieux contrat ? Vous êtes peut-être au point de départ de quelque chose. Vous pouvez aussi placer cette scène dans un ensemble en réfléchissant à la place qu'elle prend dans une histoire globale.


Exercice 3 : encyclopédie du monde des fées (temps d'écriture : 40 min)


La règle du jeu


Vous êtes un.e grand.e spécialiste du monde des fées et vous rédigez votre encyclopédie. Pour chaque famille de fées vous écrivez une fiche technique avec des items précis.

Pour vous aider, j'ai distribué une photocopie d'une page du Dictionnaire des lieux imaginaires d'Alberto Manguel et Gianni Guadalupi.


Cet exercice qui peut paraître fastidieux foisonne d'intérêts littéraires :


  • Il vous offre une promenade dans un monde fantastique qui ne vous est peut-être pas familier et vous oblige donc à sortir de votre zone de confort créative (c'est précisément dans cette zone que se cachent les meilleures idées).


  • Il nécessite l'utilisation d'un vocabulaire spécifique pour fournir des descriptions imagées (on devrait pouvoir dessiner parfaitement votre fée en lisant votre fiche). Nous reviendrons dans l'année sur l'art de décrire, vous pouvez cependant retenir qu'une description doit être efficace, précise (sans pour autant être indigeste). Si je reviens sur nos fées en mixant des morceaux entendus dans vos lectures et mon imagination, voici une une proposition de description : la fée XX mesure dix centimètres. De corpulence frêle, elle a l'apparence d'un humain. Pour se déplacer, elle déploie de grandes ailes transparentes aux reflets bleutés semblables à celles des libellules et s'envole avec grâce. Elle arbore une couronne végétale et projette de la poussière d'étoiles lorsqu'elle éternue. Méfiez-vous des mots passe-partout, trop génériques. Dire qu'elle est belle par exemple, n'est pas suffisant pour la visualiser.


  • Il introduit la notion de nom d'un personnage. Dans une histoire, le nom d'un personnage est rarement innocent. Souvent, il impacte symboliquement son caractère. Dans notre exercice, l'enjeu était donc de lier le nom de la fée (secondaire, mère...) avec son comportement (en tentant compte du double sens et du jeu de mots). Pas facile n'est-ce pas :-) ?


  • Il permet de se familiariser avec un outil essentiel pour l'auteur : la fiche personnages. Très utile pour donner vie à ses héros... Nous y reviendrons en temps voulu.

Et après ?


Vous pouvez soit intégrer ses notions dans vos futurs textes, soit reprendre l'exercice (avec une nouvelle fée), ou encore retravailler votre fiche en tenant compte de ces indications.


Exercice bonus : instant volé (temps d'écriture : libre)


La règle du jeu


Regardez l’image, laissez-vous envahir par ce qu’elle évoque ou réveille en vous.


Phase 1 : ici et maintenant.


Écrivez un texte qui décrit en quelques lignes ce qui se passe sur la photo (narration au choix : je, il, elle, ils, elles, nous…). Texte au présent exclusivement. Vous pouvez raconter ce qu'il se passe, faire parler un ou des personnages, exprimer ses émotions… L'important est de rester dans l’instant de la photo.



Phase 2 : avant.


Écrivez ce qu'il s’est passé avant la photo (racontez l'action ou la situation qui a entrainé la photo). On conserve le même principe de narration mais vous rédigez au passé.


Phase 3 : après.


Écrivez ce qu'il se passera juste après la photo. Vous conservez le même principe de narration mais vous écrivez au futur. Comme si le narrateur lisait dans une boule de cristal et prédisait la suite des évènements. Ex : Elle se lèvera et frottera énergiquement son pantalon. Je ne lui en voudrai pas pour...


Votre texte final devra être structuré en 3 pages (pendant, avant et après). Il doit pouvoir être lu (et compris) par une personne qui n'a pas l'image sous les yeux.


Vous êtes libre de travailler (ou pas) sur cet exercice et d'envoyer (ou pas) vos textes à la liste de diffusion.


On se retrouve le 06 décembre à 09h30 pour un atelier axé sur l'écriture poétique.